Interview - Témoignage
du Docteur Philippe MARRIMPOEY 

Témoignage et retour d'expérience

Le médecin coordonnateur en HAD (Hospitalisation à domicile)

Praticien Hospitalier en médecine polyvalente et SSR dans le public, médecin coordinateur régional SSR,  puis Directeur médical, il fut médecin coordonnateur en HAD de 2008 à 2012.

De par ses expériences, il a participé à la mise en place de stratégies médicales pour des groupes de santé (notamment pour des établissements d’HAD).

Nous le remercions pour son témoignage et le partage de son expérience en HAD.

Vous avez exercé en tant que médecin coordonnateur en HAD de 2008 à 2012. Pourquoi avoir choisi l’HAD après vos premières expériences en SSR et médecine?

Après mon expérience des soins palliatifs dans le handicap puis à l'hôpital en cancérologie, j’avais le souhait d'expérimenter mon parcours en soins palliatifs à domicile. C’est un choix très personnel.

Quelles sont les formations diplômantes recommandées pour travailler en HAD ?

Une formation complémentaire dans les soins palliatifs et dans les plaies et cicatrisations, donc de fait la cancérologie est facilitante. Mais plutôt que de spécialisations, je parlerais de sensibilités.

Il faut avoir conscience qu’une grande partie de l'activité du médecin en HAD est une activité centrée autour de la cancérologie. La majeure partie des patients pris en charge en HAD le sont en lien avec une pathologie cancéreuse. Le deuxième mode de prise en charge est celui des plaies et cicatrisations.

Quelle est la fonction principale du médecin coordonnateur en HAD ?

Le médecin coordonnateur de l’HAD coordonne la prise en charge médicale du patient.
Il pilote la coordination des soins prodigués par les professionnels de santé en lien avec le médecin traitant.

C’est un manager d’équipe.

Il coordonne une équipe inter et pluridisciplinaire, de statuts divers et variés (salarié ou libéral). Cette équipe est composée d'aide-soignantes, d’infirmières, de pharmaciens…
Kinésithérapeutes, orthophonistes, ergothérapeutes, diététiciens, psychologues et assistants sociaux peuvent aussi être mobilisés selon les besoins.

Il y a beaucoup d'idées reçues sur l'HAD. Comme l’absence de prescriptions et de relations avec les patients dans le travail en HAD. Qu’en pensez-vous ? 

En effet, et il est important de préciser que l’HAD,  ce n'est pas une coordination virtuelle.
De plus en plus, les médecins coordonnateurs vont au domicile du patient.
Ils sont référents d'un certain nombre de patients et rencontrent la majorité d’entre eux pour assurer une coordination efficiente.

C’est un point important à signaler car on véhicule trop souvent l’image d’un médecin coordonnateur exerçant sans connaître le patient.  

Réalisent-ils des prescriptions ?

Oui, les médecins coordonnateurs en HAD réalisent des prescriptions.

Un décret de 2017* permet dans les situations d'urgence ou lorsque le médecin traitant n'est pas joignable de faire des prescriptions. Tout établissement d'HAD est donc tenu d'assurer, sept jours sur sept et vingt-quatre heures sur vingt-quatre, y compris les jours fériés, la continuité des soins aux patients accueillis. 

Un règlement intérieur propre à chaque établissement d'hospitalisation à domicile précise les modalités de mise en œuvre de cette continuité des soins. 

Par ailleurs, les prises en charge de fin de vie sont très complexes avec utilisation de dispositifs médicaux spécifiques (pompes à morphine, nutrition parentérale, pansements techniques, soins complexes…).  Grâce à cette coordination, les médecins traitants peuvent s’appuyer sur l’expertise des médecins coordonnateurs et leur maîtrise du matériel technique , utilisé moins fréquemment par les médecins traitants.

Quelles sont les qualités attendues d'un médecin coordonnateur en HAD ?  

J’en vois 3 : 

  • Il s’agit d’un poste actif. L’HAD est classée comme activité de médecine et concerne des patients en état instable. 

  • Il est important d'avoir un intérêt pour la cancérologie et les soins palliatifs.

  • Il faut aussi une certaine autonomie dans son travail, mais ne pas être indépendant et aimer partager en équipe. Il y a une vraie création d'un projet thérapeutique pour le patient. En bref, il faut savoir travailler de façon transversale et décloisonnée.

À titre personnel, qu'appréciez-vous particulièrement dans l'HAD ?

L’expérience clinique ainsi que la richesse des rapports humains.

 L’HAD vise à améliorer le confort du patient en le soignant dans un univers familier, sans pour autant perdre en qualité de prise en charge par rapport à l’hôpital.

Nous accompagnons les patients en fin de vie, ainsi que leurs familles, dans un contexte de grande technicité. 

Un message ou conseil pour les praticiens tentés par l'HAD ? 

Tentez l’expérience !
L’HAD combine les avantages de l'exercice à domicile et de l'exercice salarié en établissement de santé.

Il correspond à un service d'un établissement sur des prises en charge thérapeutiques sanitaires ”sans l'hôtellerie” :

  • Le médecin coordonnateur en HAD est autonome mais travaille en équipe.

  • Il y a un challenge sur l'activité clinique : un vrai travail médical de coordination en lien avec le médecin traitant  sur des patients instables.

*Décret n° 2017-817 du 5 mai 2017 relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements d'hospitalisation à domicile.


Pour en savoir plus
:
Fédération nationale des Etablissement d'Hospitalisation à domicile : https://www.fnehad.fr/

Découvrez nos autres actualités.

N'hésitez pas à nous contacter pour en savoir plus sur l'exercice dans une structure d'Hospitalisation à domicile.
Ou découvrez nos annonces de postes de médecin coordonnateur en HAD.

Ne manquez aucune annonce !

Recevez régulièrement par email toutes nos dernières annonces.